Débat présidentiel : Emmanuel Macron a-t-il suspendu le projet éolien du Touquet ?

Dossier élection présidentielle 2022

En juillet 2017, le gouvernement suspend le projet initié sous le mandat de François Hollande, après plusieurs mois de concertation avec les acteurs locaux.

Suite au débat d’entre-deux tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, vous nous interrogez sur une déclaration d’un candidat du Rassemblement national au sujet d’un projet d’implantation d’éoliennes offshore au large du Touquet.

Abordant le thème de l’environnement, Marine Le Pen a indiqué qu’Emmanuel Macron arrêterait la construction de ce projet, qui devait être installé devant la très chic station balnéaire, où le couple Macron avait vécu des vacances. « Vous voulez en mettre partout sur toutes les côtes, sauf devant Le Touquet […] Toutes les mesures ont été prises, sauf devant Le Touquet », a-t-elle envoyé à son adversaire sous les éoliennes en mer.

Cette implication a rapidement répondu à Emmanuel Macron : « Mais tu veux rire ou quoi ? […] Aucune consignée, la planification n’a pas commencé en concertation », s’est défendu l’actuel président, avant d’ajouter : « C’est un complot !

Projet suspendu en 2017

Projet suspendu en 2017

En effet, ce projet, initié par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal en avril 2016, n’a pas abandonné sous le mandat de François Hollande. Il prévoyait l’installation de 40 éoliennes offshore entre Le Touquet et Berck, sur les rivages sableux de la Bassure de Baas, à environ 10 km au large. A voir aussi : Éolien offshore : « C’est un programme dictatorial », dénonce la Fédération de l’environnement durable. Lancé sous la forme d’une « consultation », de nombreux militants locaux ont critiqué le projet, qui a même monté une association, Horizon, pour y mettre un terme. Ce dernier était co-présidé par Daniel Fasquelle, maire des Républicains du Touquet, et président du comité des pêcheurs des Hauts-de-France, Olivier Leprêtre.

Le 3 mai 2017, dans l’intervalle entre les deux tours de l’élection présidentielle, une décision préfectorale tombe en leur faveur. En effet, dans une lettre envoyée par Guillaume Guilluy, candidat de La République en marche (LaREM) aux élections législatives d’août 2017 sur Facebook en août 2017 – représenté par Tiphaine Auzière, la belle-fille d’Emmanuel Macron – nous avons appris que le préfet. la région Hauts-de-France et les gardes maritimes de la Manche et de la mer du Nord ont présenté ce jour-là leurs conclusions au ministère, précisant que « les conditions favorables au lancement d’un appel d’offres dans la zone Bassure de Baas n’ont pas été respectées ». .

Toujours dans ce courrier daté du 27 juillet 2017, il est écrit, à la suite de Nicolas Hulot, alors ministre du Transfert écologique, qu’il a alors été décidé de « suspendre la concertation dans ce domaine ». Il mentionne « proposition d’avancement dans des conditions favorables d’autres projets en cours » et « démonstration en cours des impacts cumulés des parcs éoliens offshore ».

Les marcheurs Guillaume Guilluy et Tiphaine Auzière, à l’époque, avaient décidé de légender cette fameuse lettre préfectorale sur Facebook à l’époque, partageant le mérite d’abandonner le projet : « Quand Daniel Fasquelle (L.D. -dirigeant au Pas-de-so). -Calais) des affiches de campagne jaunes disant « non à l’éolien », nous préférerions prendre le temps d’expliquer au Ministre Nicolas Hulot pourquoi le projet d’éolienne offshore sur les rives de la Bassure de Baas ne doit pas continuer pour des raisons économiques et écologiques . Heureux de gagner la cause de notre territoire et de ses habitants. »

Le candidat aux législatives Guillaume Guilluy et sa suppléante Tiphaine Auzière ont rencontré Nicolas Hulot le 9 juin 2017, lors d’un déplacement dans le Pas-de-Calais. Selon les escortes de Tiphaine Auzière, contactées par CheckNews, c’est à cette époque qu’elles auraient échangé sur le projet éolien au Touquet.

Un échange que ne qualifient pas ses followers d' »intervention directe » pour Tiphaine Auzière, mais de « simples discussions avec tous les acteurs locaux dans le cadre d’une tournée ministérielle ». Quant au post Facebook faisant l’éloge des discussions avec Nicolas Hulot, on nous dit qu’il s’agissait d’un moment politique où « chacun a voulu montrer qu’il avait un rôle » dans la décision de suspendre les concertations sur le projet.

Production éolienne : les communautés Mi'kmaq lèvent la main
Voir l’article :
Publié le 6 juin 2022 à 13h09, modifié le 6 juin 2022…

Menace d’une action en justice

Menace d’une action en justice

Jeudi sur Twitter, le maire de gauche du Touquet, Daniel Fasquelle, a également démenti toute responsabilité au Président dans cette décision : « I. J’ai créé et empêché Ségolène Royal, ministre F Hollande, d’entrer en vigueur à la veille des élections présidentielles. Lire aussi : La première éolienne offshore est enfin installée en France. EM n’a rien à voir là-dedans. »

Le projet de parc éolien face aux plages de Berck au Touquet a été démantelé en 2017 suite à une démarche du collectif Horizon que j’ai créé qui a empêché Ségolène Royal, Ministre F Hollande, d’entrer en vigueur à la veille des élections présidentielles. EM n’a rien à voir là-dedans.

Daniel Fasquelle le soulignait déjà en 2017 dans un tweet daté du 3 septembre : « Hulot a suspendu les éoliennes offshore uniquement sous menace de poursuites judiciaires du collectif Horizon. » Pourtant, Frédéric Cuvillier, le maire socialiste de Boulogne-sur-Mer et ancien ministre des Transports et de la Pêche, qui a interrogé la France 3 jours après le débat, ne partage pas la conclusion : « politique d’injonction. ce que l’État avait soutenu les mois précédents », a-t-il dit.

Par ailleurs, le prédécesseur maritime Manche et mer du Nord informe Le Figaro que « la consultation sur les secteurs favorables en Manche a exclu le secteur de la Bassure de Baas afin de retarder l’émergence d’autres projets avancés dans des conditions favorables en. progrès, notamment ceux du Tréport et de Dunkerque. Le site du Tréport est situé à 9 kilomètres au sud et au-delà du périmètre du parc naturel marin de la Côte d’Opale ». Le ministère du Transfert écologique, interrogé par CheckNews, rejette également toute décision impartiale dans ce dossier : « Le préfet en mai 2017, donc avant l’élection d’Emmanuel Macron, a présenté des conclusions sur une consultation des parties prenantes. Aucun projet n’a jamais été annoncé, il n’a donc pas été suspendu. Il est donc faux de dire qu’Emmanuel Macron a bloqué un projet au Touquet, que ce soit plus tôt, voire plus durant son mandat.

Emmanuel Macron prévoit d’implanter 50 parcs éoliens offshore d’ici 2050 dans son programme. Interrogé lors du débat mercredi soir par l’AFP, Daniel Fasquelle a également déclaré : « Il y a un ancien projet de parc éolien devant les plages de Berck au Touquet contre lequel je me bats depuis 2007. J’ai interpellé Macron dans ce dossier et j’ai abordé ce sujet. sujet. il lui écrit pour l’exhorter à ne pas revenir sur ce projet alors qu’il annonce 50 parcs éoliens offshore au début de sa campagne. Il ne m’a pas encore répondu. »

La période des campagnes électorales, quel que soit le candidat, implique souvent des informations erronées ou des approximations. Dans le cadre de la campagne présidentielle, le service Liberation CheckNews se mobilise toujours pour répondre à vos questions et tenter de démêler le vrai du faux. N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire, en cliquant sur la bannière en haut de chaque article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.