Episode 3/5 : Tommy Tristan, SAV éolienne

Bien équipé, en plus de l’éolienne, Tommy Tristan assure la maintenance de ces appareils entre Loire Atlantique et Charente. Il travaille pour Vestas, une entreprise danoise qui installe et entretient plus de la moitié de ces appareils en France. Une éolienne est un rotor relié à 3 pales, un réducteur qui relie l’axe de rotation à un générateur qui va transformer le vent en électricité. L’électricité qui descend dans le réseau grâce à un gros câble.

« On oublie vite »

"On oublie vite"

L’accès à la télécabine prend un peu de temps : 5 minutes par ascenseur, 4 à 5 mètres de plus sur l’échelle. Et on retrouve Youri et Quentin, 26 et 24 ans, dans l’entreprise depuis respectivement 1 et 3 ans. Ils sont en maintenance. L’entretien des éoliennes est un travail d’acrobates. Il faut parfois ramper dans le rotor, dans des conditions presque comparables à celles des marins. A voir aussi : Éolienne géante : la question sensible du recyclage des pales est abordée. Baca : « La première fois que je suis monté sur l’appareil, raconte Youri, il y avait 10 m de vent. Ce n’était pas facile de se lever, car on avait peur de perdre l’équilibre et de tomber. Mais j’adore ça ». Mal de mer? « Un peu au début, parce que j’ai un peu la nausée », poursuit le jeune homme. On y fait attention, mais on se concentre sur notre tâche et on oublie vite. » Au-dessus de 45 à 50 km/h de vent, le travail est suspendu.

Le gain pour ce mécanisme de hauteur est de voler un cran au-dessus. Youri et Quentin apprécient. « Travailler sur le toit est encore plus agréable. Parfois, je n’hésite pas à prendre 5 à 10 minutes pour admirer le paysage », avoue Youri. « Oui, le déjeuner c’est sympa, termine Quentin. Le manger, c’est un beau panorama. » Ça donne forcément envie de grimper dessus, DANS la télécabine, derrière les pales immobiles, en compagnie de Tommy Tristan. Effet Waouh : panorama à 360 degrés, 20 km de vue dégagée. « On est un peu plus conscient de la hauteur, et… d’avoir un beau bureau ! » rit l’agent. « Entre travailler ici et finir à l’usine, le choix est vite fait. Même lorsqu’il pleut ou qu’il y a du brouillard, on monte et on est au-dessus d’une belle mer de nuages, seule la pointe des pales perce les nuages. On fais de belles photos ! »

Sans oublier l’affection, Tommy évoque aussi son plaisir lorsqu’il est en maintenance près de Sainte Pazanne en Loire Atlantique : il voit la mer, il sent l’eau. Vous comprenez que Tommy aime son travail… surtout parce qu’il y trouve aussi un sens. : « Avec nos petites éoliennes, on s’endort le soir en pensant qu’on a quand même fait un petit quelque chose pour la planète, un peu tous les jours ». Le centre d’exploitation de Niort dont Tommy dépend gère 180 éoliennes. D’ici la fin de l’année, 60 autres seront installés.

L'installation d'une éolienne ne fait guère baisser le prix de l'immobilier
Voir l’article :
Publié le 06/03/2022 1,5 million de transactions immobilières • dans : Nos…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.