Marine le Pen veut stopper l’éolien, un pari à triple risque

ENVIRONNEMENT – Elle ne veut plus en voir un seul. Le sort des éoliennes du programme de Marine le Pen est sans équivoque : tous les projets de construction seront stoppés si le candidat au Rassemblement national est retenu et le parc existant sera totalement fermé. Le solaire, quant à lui, s’en sort un peu mieux avec un moratoire sur les futures constructions.

« Aberration » s’est exclamé Emmanuel Macron à France Bleu jeudi 14 avril. Le candidat à la présidentielle s’est pour sa part engagé à développer massivement l’éolien offshore avec une cinquantaine de parcs en exploitation d’ici 2020 : cela équivaudrait à 40 gigawatts produits soit 20 % de la consommation nationale d’électricité. Un programme ambitieux… Pour la France, qui avec 8% d’énergie éolienne aujourd’hui est notoirement en retard sur le sujet par rapport à ses voisins européens.

Les éoliennes, un délit de ‘pale gueule’ 

Les éoliennes, un délit de ‘pale gueule’ 

Le projet de Marine le Pen est donc d’aller dans le sens inverse de cette expansion en réduisant à néant la production éolienne de 7,9% du mix énergétique français d’ici 2030. Voir l’article : Reportage : Voici comment la boîte de vitesses est remplacée par une éolienne. Une disparition propre et complète simple du secteur qu’elle n’est pas la seule candidate à avoir à son programme, et Éric Zemmour a également annoncé arrêter « tous les moulins à vent » s’il remportait l’élection avant d’échouer au 1er tour.

Pourquoi tant de haine ? Le candidat d’extrême droite a plusieurs arguments pour abattre les grands arbres métalliques, qui sont actuellement 8 000 en France. Premièrement, leur capacité de production. Une éolienne produit en moyenne 3 mégawatts/heure, mais le vent ne souffle pas en permanence. On estime que ceux-ci fonctionnent 75% du temps, c’est ce qu’on appelle le facteur de capacité.

C’est précisément cette intermittence qui est pour le candidat le principal motif de disqualification des éoliennes. Une énergie qui, à la différence du thermique, de l’hydraulique, mais toujours du nucléaire, n’est pas maîtrisable, ce qui veut dire que quand le vent s’arrête, la production baisse, et quand elle monte, c’est l’inverse, et on n’y peut rien.

L’argument ne tient pas la route pour François Cauneau, professeur à l’Ecole des Mines de Paris : « La probabilité qu’il n’y ait de vent nulle part dans l’ensemble du parc éolien européen est nulle. Ce qui veut dire que ce n’est presque jamais fait. La déconnexion d’une éolienne localement est toujours compensée par la redondance : il y aura toujours quelqu’un qui produira de l’électricité quelque part, et c’est cette électricité qui est ensuite envoyée au réseau. »

Mais ce n’est pas la seule critique : le président du Rassemblement national évoque aussi le « saccage irréversible de nos paysages », la dévalorisation des terrains autour des hélices ou encore le prix que les Français doivent payer pour faire fonctionner la filière. Marine le Pen va ainsi « restituer aux ménages les cinq milliards versés en subventions » aux énergies vertes, et dans un premier temps aux éoliennes.

La 1ère éolienne offshore au monde dédiée à la production d'hydrogène
Ceci pourrez vous intéresser :
Dans le cadre du projet pilote intitulé « Hydrogen Turbine 1 (HT1) » dans…

À court terme, un retrait possible en théorie…

À court terme, un retrait possible en théorie...

Continuez ensuite avec les moulins à métaux. La Marine le Pen pourrait-elle, dans le cadre du mandat qu’elle vise, libérer la France de l’éolien sans que la tension sur le réseau ne devienne trop forte ? « Le système électrique français est désormais largement exportateur », note le Réseau de transport d’électricité (RTE), qui permettrait en théorie de supporter ce manque de production. Lire aussi : Plus de 150 aigles tués par des pales d’éoliennes : une entreprise américaine condamnée… Mais seulement en théorie.

Le professeur Cauneau est catégorique : « Dans l’état actuel du réseau électrique français, il n’est pas possible d’arrêter l’éolien à court terme de manière indolore. Une centrale électrique, vous ne pouvez pas l’allumer et la chauffer tout de suite. Cela prend au mieux quelques dizaines d’heures. » Pour lui donc, la proposition de Marine Le Pen n’est « pas viable d’un point de vue technique car une éolienne offre une flexibilité qu’une centrale nucléaire n’offre pas en termes d’adéquation par rapport à la demande ».

Par ailleurs, RTE précise qu' »au-delà de l’horizon 2030-2035, l’augmentation de la consommation d’électricité conjuguée au début de la fermeture des réacteurs nucléaires les plus anciens conduira progressivement la France à manquer d’électricité décarbonée pour répondre aux besoins », préviennent-ils. l’autorité. Pourtant, EDF estime que la première paire de réacteurs EPR ne pourra pas être livrée avant 2035-2040… Les 8 % d’un parc éolien, même à peine entretenu en l’état, feraient cruellement défaut. Pas seulement pour la production française, mais aussi pour les engagements pris.

Sur le même sujet :
Désolé, votre navigateur ne prend pas en charge les vidéos(Québec) L’époque où…

… Et à rebours de tous les engagements français

... Et à rebours de tous les engagements français

Si elle est élue, Marine Le Pen a été claire : « Je commencerai par geler les projets en cours, notamment les projets offshore, puis je lancerai le chantier de démantèlement des éoliennes existantes », c’est le projet qu’elle décrit dans une interview à BFMTV, le 1er mars. A voir aussi : Énergie renouvelable : en 2021, plus de 90 GW d’énergie éolienne ont été utilisés dans le monde. Mais l’Etat peut-il se retourner du jour au lendemain une fois les contrats signés ? Certains d’entre eux tout récemment, comme le chantier du parc éolien flottant de Port-la-Nouvelle dans l’Aude.

« Il est évident que cela donnerait lieu à des procès très importants aux conséquences économiques redoutables pour l’Etat français », explique Bernadette Ferrarese, co-directrice du master de droit de l’énergie à l’université Lyon 3. Les parcs éoliens bénéficient d’un dispositif de soutien de la part des pouvoirs publics, un soutien financier, qui est contractualisé et qui s’appuie sur des mécanismes légaux. Ainsi nuire à leur activité du jour au lendemain leur ferait dire qu’ils subissent un préjudice financier très important et qu’ils demanderaient réparation à l’État. »

De plus, une directive de l’UE, entrée en vigueur en 2018, impose aux États membres l’objectif suivant : 32 % de la consommation finale d’énergie doivent être des énergies renouvelables. Si l’on ajoute la suppression du parc éolien, cet objectif serait « difficile à atteindre », reconnaît Bernadette Ferrarese. Cependant, le professeur de droit précise que bien que « ce soient des règles qui ont été gravées dans le marbre par la loi [art.100-4 de la loi énergie], le législateur ne respecte bien souvent pas ses propres dispositions. Il est donc fort possible de ne pas atteindre ces objectifs »

CARTE. Découvrez où seront construites les éoliennes en Bourgogne
A voir aussi :
40 parcs éoliens sont en construction ou en attente de construction en…

En échange, le pari risqué du tout nucléaire

En échange, le pari risqué du tout nucléaire

Cher, peu efficace, moche… Quoi qu’il en coûte, Marine le Pen veut faire tomber les éoliennes dans l’oubli. Au prix de bousculer sérieusement le mix énergétique français et ses ambitions pour les années à venir. Dans son plan décennal de développement, RTE prévoit ainsi une multiplication par cinq du nombre d’éoliennes terrestres en 15 ans, pour un mix électrique où l’ensemble des énergies renouvelables atteindra 50 % de la production d’ici 2035.

Pour compenser cet abandon, le programme présidentiel du RN prévoit un recours massif au nucléaire, l’allongement de la durée de vie de tous les réacteurs jusqu’à 60 ans, la réouverture de la centrale de Fessenheim et la construction d’une vingtaine de réacteurs. réacteurs EPR d’ici 2036. Ce programme ambitieux porte un nom : Marie Curie. Mais il a aussi des adversaires. A commencer par les acteurs français du nucléaire eux-mêmes.

RTE a ainsi élaboré plusieurs scénarios dans lesquels la production d’électricité nucléaire occupe une place variable dans le mix électrique selon la part de l’énergie. Son scénario le plus « nucléarisé », qui prédit que l’atome fournira 50 % de notre électricité d’ici 2050, repose sur la construction de 14 EPR ainsi que de plusieurs mini-centrales (« SMR »).

Pousser les centrales jusqu’à 70 ans

Pousser les centrales jusqu’à 70 ans

Ce scénario suppose également une utilisation maximale des capacités déjà installées : « Il s’agit d’exploiter le plus longtemps possible le parc nucléaire existant et de développer le nouveau nucléaire de manière volontariste et diversifiée », prévient le rapport. En d’autres termes, le maintien d’une production nucléaire confortable en France nécessitera déjà un engagement fort des pouvoirs publics. Dans ces conditions, Marine le Pen donne le tournis.

Le candidat à la présidentielle prévoit de porter la part du nucléaire dans l’elmix français entre 75% et 80%, contre 67% aujourd’hui. Un plan « tout nucléaire » qu’aucun scénario élaboré par les autorités chargées de la gestion du parc n’a encore envisagé.

Un think tank très pro-nucléaire, Cérémé, a pourtant imaginé un avenir où la même part serait attribuée à l’atome, soit 80% du mix électrique en 2050. Mais dans son enthousiasme, le rapport précise néanmoins qu’il faudra prolonger la durée de vie des installations existantes jusqu’à 70 ans, et non 60 comme le souhaite Marine le Pen. Pas sûr que l’Autorité de sûreté nucléaire, déjà préoccupée par l’état de la marine française, valide de tels plans.

L’environnement, grand perdant

Mais la principale dette pourrait bien être envers l’environnement, pas une insulte à la mouvance d’extrême droite, qui revendique un mix « 100 % bas carbone » à terme. Bien sûr, l’énergie nucléaire a un net avantage sur le gaz et le charbon, c’est-à-dire qu’elle n’émet pas de CO2 ni de microparticules une fois en fonctionnement. Mais tout n’est pas, comme le note le think tank Shift Project, évalué les projets élyséens.

« Ces mesures sont en désaccord avec la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), qui préconise une diversification du mix électrique par le développement des énergies renouvelables et la mobilisation de la biomasse. » Autrement dit, ne pas diversifier notre mix énergétique, mais au contraire le resserrer encore plus, est en contradiction avec toutes les stratégies de développement durable, et RTE ne dit rien d’autre.

L’Autorité s’inquiète ainsi de l’investissement que représentera le recours au tout nucléaire, ainsi qu’un passage au 100 % renouvelable, et explique qu’un tel scénario pose « un large éventail de préalables techniques », qui n’ont peut-être pas être à. la réunion. S’appuyer sur un mix électrique déséquilibré, c’est parier sur l’avenir, et si ce dernier était perdu, alors il faudrait recourir aux énergies fossiles pour compenser.

« Abandonner le principe de diversification technologique du mix de production électrique », conclut RTE, c’est « risquer de ne pas atteindre l’objectif de neutralité CO2 dès 2050 ».

À lire aussi Le HuffPost : Ce sextoy moulin à vent peut être votre source d’énergie de secours

Quelle éolienne pour particulier ?

Types d’éoliennes pour particuliers Il existe deux types d’éoliennes sur le marché : l’éolienne horizontale et l’éolienne verticale. L’éolienne domestique horizontale est la plus installée en France car elle offre de meilleures performances.

Combien coûte une éolienne géante ? Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), les grandes éoliennes coûtent 1 300 à 1 500 euros le kW à l’installation. A ce prix, les frais d’exploitation annuels d’env. 2 à 3% du coût de l’investissement initial.

Quelle puissance éolienne pour une maison ?

La plupart des éoliennes érigées aujourd’hui ont une puissance de 1 à 3 MW et sont regroupées dans des parcs éoliens d’une puissance de 6 à 210 MW. Les éoliennes domestiques d’une hauteur maximale de 12 mètres peuvent fournir une puissance de 100 watts à 20 kW.

Quel éolienne choisir ?

Le critère le plus important pour choisir une éolienne est sa puissance réelle par rapport à la vitesse moyenne du vent qui traverse le pays où elle est installée. Les émissions sonores, la couleur et le design de l’éolienne sont des critères secondaires, mais qui peuvent aussi être pris en compte.

Quel est le prix d’une éolienne domestique ?

Rien que pour les composants, les prix varient énormément : Il faut compter environ 10 000 € pour une éolienne domestique de 1 kW. Le prix d’une éolienne domestique de 10 kW est d’environ 50 000 €. Les travaux de raccordement au réseau EDF peuvent coûter entre 1 000 € et 3 000 €.

Quelle est la durée de vie d’une éolienne ?

« Une éolienne peut durer quarante ans si elle est bien entretenue et ne subit aucun dommage », précise Sébastien Duchesne, le spécialiste des pièces détachées. Les composants électriques et électroniques sont les plus fragiles et représentent 80% des pannes. Au bout de cinq à dix ans, les problèmes sont assez mécaniques.

Quelle est la durée de vie d’une pale d’éolienne ? La durée de vie d’une éolienne est de 20 à 30 ans.

Quel est le prix d’une éolienne ?

Un investissement Rien que pour les composants, les prix varient énormément : Il faut compter environ 10 000 € pour une éolienne domestique de 1 kW. Le prix d’une éolienne domestique de 10 kW est d’environ 50 000 €. Les travaux de raccordement au réseau EDF peuvent coûter entre 1 000 € et 3 000 €.

Quel devenir pour les éoliennes en fin de vie ?

Lorsque les éoliennes ne peuvent pas être recyclées, le recyclage est une priorité. Les métaux (acier, cuivre, fonte, aluminium) sont intégralement recyclés et les matériaux composites sont traités par des filières spécialisées dans le cadre de valorisation thermique ou énergétique.

Quelle est la plus grande éolienne ?

La turbine Haliade-X de General Electric, la plus grande au monde, a récemment reçu une mise à niveau de 12 MW à 13 MW. « Ses ailes de 107 mètres de long pourront générer 4% d’énergie en plus qu’auparavant », précise GE, citant des chiffres époustouflants sur son éolienne.

Quelle est l’éolienne la plus puissante ? L’Haliade-X de 12 MW de GE, l’éolienne la plus puissante au monde, produit son premier kWh. Rotterdam, le 7 novembre 2019 – GE Renewable Energy a annoncé aujourd’hui que son prototype Haliade-X de 12 MW, l’éolienne offshore la plus puissante au monde installée à Rotterdam-Maasvlakte, a produit son premier kWh.

Quelle est la hauteur maximale d’une éolienne ?

Puissance : entre 1,8 et 3 MW. Diamètre rotor : entre 80 et 110 m Hauteur de mât : 80 à 100 m Hauteur totale : entre 120 et 155 m.

Quelle est la longueur d’une pale d’éolienne ?

La longueur des couteaux est en réalité de 88 mètres [1]. [1] La hauteur totale de l’éolienne depuis la surface de la mer jusqu’au bout de la pale sera de 210 mètres (122 mètres pour le mât et le rotor 88 mètres pour les pales).

Quelle est la hauteur d’une éolienne ?

Caractéristiques d’une éolienne terrestre : Puissance : entre 1,8 et 3 MW. Diamètre rotor : entre 80 et 110 m Hauteur de mât : 80 à 100 m Hauteur totale : entre 120 et 155 m.

Quelle est la longueur d’une pale d’éolienne ? La longueur des couteaux est en réalité de 88 mètres [1]. [1] La hauteur totale de l’éolienne depuis la surface de la mer jusqu’au bout de la pale sera de 210 mètres (122 mètres pour le mât et le rotor 88 mètres pour les pales).

Où se trouve la plus grande éolienne du monde ?

Après le lancement du premier prototype aux Pays-Bas, GE Renewable Energy fournira 87 de ces turbines au parc éolien offshore Dogger Bank C, situé à plus de 130 kilomètres au large de la côte est de l’Angleterre. Une fois terminé, ce sera le plus grand parc éolien au monde avec Dogger Bank A et Dogger Bank B.

Pourquoi les éoliennes fonctionnent plus de 6000 h par an ?

« Facteur de charge » En une année de 8 760 heures, l’éolienne peut théoriquement produire au maximum : 8 760 t x 3 MW = 26 280 MWh. Si l’éolienne en question ne produit « que » 6000 MWh par an, son facteur de charge sera d’environ 23% (6000/26280). Ce calcul peut être appliqué au parc éolien français.

Quel éolienne pour une maison ?

L’éolienne horizontale est la plus connue : elle donne de meilleurs rendements, mais c’est aussi la plus chère. L’éolienne verticale est plus abordable. Il est fixé au toit de votre maison et a également l’avantage de fonctionner même par vent léger.

Quelle éolienne pour particulier ? Eolienne horizontale L’éolienne à axe horizontal fonctionne grâce à une hélice placée horizontalement par rapport au sol. Ce modèle d’éolienne particulier est le plus rentable et le plus répandu. C’est l’éolienne horizontale qui offre actuellement la meilleure rentabilité.

Comment fabriquer une petite éolienne chez soi ?

Il faut assembler un moteur pas à pas, un régulateur de tension, une machine à souder, des vis, une perceuse, du contreplaqué, un tuyau en PVC de 6 cm de diamètre et de 140 cm de long. Le moteur fera tourner l’éolienne et grâce au régulateur de tension nous aurons toujours un courant de 5 volts en sortie.

Quelle puissance éolienne pour une maison ?

Selon l’ADEME, « la consommation électrique moyenne d’une maison individuelle récente est chauffée à l’électricité 8 500 kWh/an ». Idéalement, vous devriez donc utiliser une éolienne d’une puissance nominale de 8,5 kW, qui produit de l’électricité pendant 1 000 heures/an, soit 2,5 heures par an.

Quelle est la meilleur éolienne ?

# 1 : Éolienne résidentielle Windmax 12 volts Elle est de petite taille mais de haute performance et d’un prix inégalé. Selon le fabricant, cet ensemble éolien résidentiel n’a pas besoin de vent à grande vitesse pour fonctionner, ce qui signifie qu’il peut fonctionner à n’importe quel type d’endroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.