Une éolienne sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

Une éolienne pour alimenter l’éclairage public et les stations de charge électrique de la capitale

Une éolienne pour alimenter l'éclairage public et les stations de charge électrique de la capitale

Un emplacement idéal pour une installation fonctionnelle

La ville de Paris sait innover et le prouve depuis vingt ans avec une politique verte et citoyenne, qui vise à célébrer la mobilité douce et à expulser tous les véhicules thermiques de la capitale. A voir aussi : Le seul coupe-vent soufflé de France bat son record de production du mois.

Afin de prolonger cette dynamique, la ville vient de prendre la décision d’installer une immense éolienne sur la place de la ville. Si cette décision est avant tout un symbole et s’inscrit dans la continuité de sa politique environnementale, c’est à la fois une décision économique et logique d’approvisionner la ville en énergies renouvelables.

Loin d’être une œuvre d’art, comme on l’a vu sur l’arbre de l’artiste américain Paul McCarthy, la ville a installé une véritable éolienne, fonctionnelle, pour alimenter une grande partie du 4e arrondissement, mais pas seulement.

Car, outre les symboles, cette installation de l’éolienne permettra d’économiser de l’électricité, et surtout d’assurer tout l’éclairage public, mais aussi l’alimentation en électricité des différentes bornes de recharge électrique de la ville.

D’autres mairies d’arrondissement suivent cette installation avec intérêt, même si Marie de Paris bénéficie d’un emplacement privilégié avec sa grande place, qui permet de respecter la distance de la frontière qui divise le quartier, égale à la moitié de sa hauteur. Et toutes les autres mairies de la capitale ne bénéficient malheureusement pas de ces distances. Et c’est bien dommage, car à terme, on pourrait imaginer l’autosuffisance de la ville avec l’électricité.

Et si la Ville de Paris a dû signer un permis de construire pour son éolienne avec étude d’impact, qui fait plus de 12 mètres de haut, d’autres mairies travaillent à l’installation d’éoliennes inférieures à 12 mètres, mais installées sur les toitures et donc ne pas besoin de permis de construire.

Cette décision est la suite logique du contrat signé par la RATP en 2021 avec EDF, qui achetait alors l’électricité des rames de métro à cinq parcs éoliens français installés à Freyssenet Saint Martin des Besaces (Calvados), Oupia (Hérault), Vanault (Marne), Longue Epine et Fonds de Fresne (Somme). Mais il ne s’agit plus de transporter de l’électricité sur des centaines de kilomètres, mais de l’utiliser sur place, en économisant sur le transport.

Tout cela est rendu possible par le vent. On le sait, les élus font bouillir beaucoup d’air, mais ils attrapent aussi souvent des vents et génèrent ainsi ce qu’il faut pour rentabiliser cette éolienne.

Alors que l’érection de la statue avec la moto de Johnny a suscité la polémique, tout en mettant l’accent sur le thermique, voici enfin une décision qui ne créera aucune polémique.

Plus d’infos sur les initiatives vertes

La ventilation de votre jardin : une solution aux dépenses énergétiques élevées ?
Voir l’article :
Quelle est la quantité totale d’électricité produite par les éoliennes dans le…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.